Genocide Museum | The Armenian Genocide Museum-institute
Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Délégations
Plan du site
Remarques
Contacts
Liens
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Notre mission
Le mot du directeur
Articles de presse
Journal éléctronique
Interviews
Actualités
Conférences
L’année du livre  
Bourse d’études Lemkin  
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Photos du complexe
Journée de commémoration
Amis de la Fondation MIGA
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
National Academy of Sciences of Armenia
Public Radio of Armenia
Armenian News Agency
ARMEDIA  Information, Analytical Agency
Inhomage
armin
armin
armin
armin
armin
1000000lives




Actualités

Chers visiteurs,

Le Musée-Institut du Génocide des Arméniens sera fermé le 21 septembre.

Respectueusement,
Musée-Institut du Génocide des Arméniens



La délégation israélienne a visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens


12.09.2017

Le vice-président de la Knesset et le leader du groupe d’amitié Israël-Arménie au Parlement israélien et en Arménie, Tali Poskov, a visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens. Elle a déposé une gerbe auprès du Mémorial et les membres de la délégation ont mis des fleurs devant la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes avec une minute de silence.

Le directeur par intérim du MIGA, Souren Manoukyan, leur a raconté l’histoire de la construction du Mémorial.

Les délégués ont également visité le musée, où ils ont découvert les détails de l’histoire du génocide des Arméniens. À la fin, ils ont écrit dans le livre d’or.


Le vice-président du parlement indonésien a visité le musée du Génocide des Arméniens


04.09.2017

Le 31 août, le vice-président du parlement indonésien, Fadli Zon, l’ambassadeur indonésien en Arménie, Judy Chrisnand (le siège est à Kiev), ont visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens.

M. Fadli Zonc et sa délégation ont déposé des fleurs auprès de la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Les déléguées ont également visité le musée, où ils ont découvert les détails de l’histoire du génocide des Arméniens. Ensuite, M. Fadli Zon et M. Judy Chrisnand ont écrit dans le livre d’or pour les invités d’honneur.


Le ministre des affaires étrangères de la Bosnie-Herzégovine a visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens


01.09.2017

Le 30 août, le ministre des affaires étrangères de la Bosnie-Herzégovine, Igor Crnadak, accueilli par son homologue arménien, Eduard Nalbandyan, a visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens. Il a déposé une gerbe devant le Mémorial du Génocide et les déléguées ont mis des fleurs auprès de la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes avec une minute de silence.

Le ministre Igor Crndak a été accompagné du ministre adjoint des affaires étrangères de l’Arménie, Karen Nazaryan, et du directeur adjoint du MIGA, Souren Manoukyan, qui a présenté l’histoire de la construction du Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens aux visiteurs.

Les membres de la délégation ont également visité le musée où ils ont découvert les détails de l’histoire du génocide des Arméniens. Ensuite, le ministre de la Bosnie-Herzégovine a écrit dans le livre d’or, où il a présenté sa solidarité et l'espoir qu'une telle tragédie ne se reproduira plus et nulle part ailleurs.


Un miroir qui appartenait à un Arménien, a été rendu au Musée-Institut du Génocide des Arménien par un Alevi


07.07.2017

Une famille arménienne donna un petit miroir à garder à une famille alévie, il y a 102 ans. Hassan Dvine, un alévi de l’Allemagne, a remis le miroir au MIGA, qui était chez son grand-père en 1915.

Hassan, d’origine d’Erzenka, raconte que le miroir a été donné à garder à son grand-père par son voisin arménien pendant les massacres, en espérant le rendre un jour.

Mais comme il est connu, Erzenka fut une des villes arméniennes qui subit des grands massacres perpétrés par les Turcs. La population arménienne fut presque totalement déportée, ainsi que les intellectuels furent arrêtés, fusillés et tués sauvagement.

« Salonique, une ville multiculturelle dans l’Empire ottoman et en Grèce »
Une chercheuse du MIGA a participé à une conférence à Jérusalem


17.06.2017

La chercheuse du MIGA, Chouchan Khatchatryan, a participé le mois dernier à une conférence à Jérusalem intitulée « Salonique, une ville multiculturelle dans l’Empire ottoman et en Grèce ».

Chouchan Khatchatryan a présenté un rapport intitulé « Thessalonique dans la théologie : mysticisme, eschatologie, missions ». Elle a évoqué le rôle de la ville de Salonique (Thessalonique) en tant qu’un des centres importants du sermon de l’apôtre Paul.

La mention de Thessalonique dans le Nouveau Testament et sa théologie étaient la base des missionnaires protestants occidentaux de faire un sermon dans cette ville du 19ème au 20ème siècle.


Le président du Tadjikistan a visité le Mémorial du Génocide des Arméniens


14.06.2017

Répondant à l’invitation de son homologue arménien Serge Sarkissian, le président du Tadjikistan, Emomalii Rahmon a fait une visite officielle en Arménie. Aujourd’hui il s’est rendu au Mémorial du Génocide des Arméniens.

Il a été accompagné du ministre des Affaires étrangères de l’Arménie, Edouard Nalbandian, du maire d’Erevan, Taron Margaryan, et du directeur du MIGA, Hayk Démoyan, qui a présenté l’histoire de la construction du Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens.

Le président du Tadjikistan a déposé une gerbe auprès du Mémorial, les délégués ont mis des fleurs devant la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.


Le ministre des Affaires étrangères de l’Estonie a visité le Mémorial du Génocide des Arméniens


13.06.2017

Aujourd’hui, le ministre des Affaires étrangères de l’Estonie, Sven Mixer, le ministre adjoint des Affaires étrangères de l’Arménie, Karen Nazaryan, l’ambassadeur de l’Arménie en Estonie, Tigran, Mkrtchyan, ont visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens.

M. Sven Mixer a déposé une gerbe auprès du Mémorial, a mis des fleurs devant la flamme éternelle et a honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Le directeur du MIGA, Hayk Démoyan, a présenté l’histoire de la construction du Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens au ministre des Affaires étrangères de l’Estonie.


La maire de la ville australienne Willougby a visité le Mémorial du Génocide


09.06.2017

La maire de la ville australienne Willougby, Gail Giles-Gidney, a visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens.

Elle a été accompagnée du président et vice-président du Conseil de l’église arménienne de la Nouvelle-Zélande, du chef du département des relations extérieures de la municipalité d'Erevan. Les délégués ont déposé des fleurs auprès de la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Les délégués ont également visité le musée, où ils ont découvert l’histoire du génocide des Arméniens et de l’aide humanitaire de l’Australie aux Arméniens.


Les chefs d’État-major des armées de frontière des pays de la CEI ont visité le MIGA


07.06.2017

Les chefs d’État-major des armées de frontière des pays de la Communauté des États Indépendants (CEI) ont visité Tsitsernakaberd. Les membres de la délégation ont déposé des fleurs auprès de la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Les délégués des pays de la CEI ont également visité le musée, où ils ont découvert l’histoire et les documents du génocide des Arméniens.

Après la visite, ils ont écrit dans le livre d’or pour les délégués.


La visite du chef des Archives secrètes et de la Bibliothèque apostolique du Vatican au Mémorial


07.06.2017

Le 2 juin, le chef des Archives secrètes et de la Bibliothèque apostolique du Vatican, Mgr Jean-Louis Bruguès, et le professeur en droit canonique oriental à d'Institut pontifical oriental à Rome, le père George Ruyssen, ont visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens. Ils ont déposé des fleurs devant la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Les membres de la délégation du Vatican ont également visité le musée où ils ont découvert les détails et les documents originaux du génocide des Arméniens.

Mgr Jean-Louis Bruguès et le père George Ruyssen ont écrit dans le livre d’or pour les visiteurs d’honneur.


Le président de l’institut Goethe a visité le musée du génocide des Arméniens


02.06.2017

Le président de l’institut Goethe, Klaus-Dieter Lehmann, sa femme et l’ambassadeur de l’Allemagne en Arménie, Bernhard Matthias Kiesler, ont visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens.

Ils ont déposé des fleurs devant la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Ensuite, les délégués ont visité le musée où ils ont découvert les détails de l’histoire du génocide des Arméniens.

À la fin, M. Klaus-Dieter Lehmann a écrit dans le livre d’or pour les délégués internationaux.

La prétendante du prix «Aurore», Fartuun Adan, a visité le MIGA


26.05.2017

Aujourd’hui, la somalienne Fartuun Adan, la prétendante du prix « Aurore », a visité le musée du Génocide des Arméniens. Le directeur-adjoint du musée, Loussiné Abrahamyan, lui a présenté l’histoire du génocide des Arméniens. Madame Fartuun Adan a visité également l’exposition temporaire dédiée à Aurore Mardiganian.

Après la visite, elle a remercié le personnel du MIGA et a écrit dans le livre d’or pour les invités d’honneur.

Ensuite, Madame Fartuun Adan s’est rendue au Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens où elle a déposé des fleurs auprès de la flamme éternelle et a honoré la mémoire des victimes avec une minute de silence.

La ministre de la Science, de la Recherche et de la Culture de Brandebourg a visité le Mémorial du Génocide des Arméniens


21.05.2017

Le 22 Mai, la ministre de la Science, de la Recherche et de la Culture de Brandebourg, Martina Münch a visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens.

Madame Martina Münch et l’ambassadeur de l’Allemagne ont déposé une gerbe auprès du Mémorial, ensuite ils ont mis des fleurs devant la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Ensuite, la ministre de la Science, de la Recherche et de la Culture de Brandebourg a visité le musée a découvert l’histoire du génocide et des documents originaux concernant les faits historiques. Avant de partir, elle a écrit dans le livre d’or pour les visiteurs d’honneur du Mémorial.

«…Prions pour que le mot génocide soit supprimé des livres de l’histoire »
Le prétendant du prix « Aurore », docteur Tom Catena, a visité le MIGA


21.05.2017

Aujourd’hui, un des prétendants du prix « Aurore », docteur Tom Catena, a visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens. Le docteur a déposé des fleurs auprès de la flamme éternelle et a honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Ensuite, Tom Catena a visité le musée, où il a découvert l’histoire et les documents originaux du génocide des Arméniens. Il a également visité la salle des expositions temporaires, où il a découvert celle dédiée à Aurore Mardiganian.

Le directeur du MIGA, Hayk Démoyan, a présenté l’histoire et la vie d’une Arménienne courageuse, Aurore Mardiganian, qui a survécu au génocide.


« Au peuple fier arménien, de tout cœur merci pour votre courage inouï !...».
Marguerite Barankitse a visité le Musée du Génocide des Arméniens


20.05.2017

Le premier lauréat du prix « Aurore », la philanthrope de nos jours, Marguerite Barankitse, a visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens le 20 mai. Elle a déposé des fleurs auprès de la flamme éternelle et a honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Le directeur du MIGA, Hayk Démoyan, lui a raconté l’histoire de la construction du Complexe commémoratif, a montré le Mur commémoratif, dont la dernière partie abrite des urnes en verre contenant de la terre provenant des tombes de figures intellectuelles et politiques qui ont élevé leur voix contre le génocide.

Dans le Jardin du souvenir Marguerite Barankitse a planté un sapin à la mémoire des martyrs du Génocide des Arméniens.


« C’est dur de savoir que ce qui s’est passé avec nous à Bakou, se passe actuellement en Artsakh »
La présentation du livre d’Anna Astvatsatouryan-Terkott au MIGA


11.05.2017

Aujourd’hui, à l’Institut du Génocide des Arméniens a eu lieu la présentation du livre russe d’Anna Astvatsatouryan-Terkott « Nulle part : l’histoire d’un exode ». Le directeur adjoint du MIGA, Souren Manoukyan, a présenté l’auteur et a parlé de la traduction anglaise.

Le livre évoque les massacres de masse des Arméniens à Bakou perpétrés par les Azéris. Anna Astvatsatouryan-Terkott a écrit ce livre sur la base de ses mémoires adolescentes, où elle a présenté les évènements historiques et des histoires privées. La famille Astvatsatouryan a vécu un an et demi en cachette à Bakou à la fin des années 1980. Elle a été obligée de cacher son identité arménienne devant l’agression et la violence omniprésente.

« Je demandais toujours à mes parents pourquoi ils nous haïssaient, pourquoi nous nous cachions, pourquoi je devais dire en dehors que j’étais Grecque et pas Arménienne. Quelques temps après, j’ai cessé de poser des questions et j’ai commencé à écrire dans mon bloc-notes », a dit Anna Astvatsatouryan-Terkott.


Le gouverneur de Saint-Pétersbourg a visité le Mémorial du Génocide des Arméniens


05.05.2017

Le gouverneur de Saint-Pétersbourg, Guéorguy Poltavchenko, avec les maires-adjoints d’Erevan, Kamo Arényan, Davit Ohanyan, a visité le Complexe commémoratif de Tsitsernakaberd. Le directeur adjoint du MIGA, Suren Manukyan, a accompagné la délégation.

Le gouverneur de Saint-Pétersbourg a déposé une gerbe devant le Mémorial du Génocide des Arméniens ensuite, les délégués ont mis des fleurs devant la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.


Les témoignages de Tagouhi Vardanyan
5 août, 1916, Khalillou


04.05.2017

Tagouhi Vardanyan raconte des massacres du village Ghalassar (région Salmast). Après la retraite des bénévoles russes, les villageois étaient obligés de quitter leur village natal pour échapper aux massacres des Turcs. Ils n’avaient même pas de temps de prendre du pain. Les Turcs ont pillé le village, ont kidnappé et déshonoré les femmes et les filles qui n’avaient pas quitté leurs maisons. Il y avait plusieurs femmes et enfants gelés du froid sur la route.


Les enfants arméniens participant à l’autodéfense de Van


03.05.2017

Cette photo fut publiée en 1919, dans la deuxième édition du magazine National Geographic attachée à l’article de Meynard Owen Williams. Les petits héros de la photo dont le plus âgé avait 12 ans, sans permission de la garde d’Artemid, ont surmonté de nombreuses difficultés et ont atteint Van. Cette photo fut sûrement prise peu de temps après l’autodéfense héroïque de 1915, fut publiée dans la revue américaine plus tard.

«Ils étaient venus à Van chez le gouverneur de la ville Van, Hambardzumyants, avec les fusils en bois, afin de demander de vraies armes, puisqu’ils étaient prêts à se battre jusqu'au bout pour protéger leurs proches, dont certains étaient déjà perdus», écrit l’auteur de l’article.

Pendant le génocide, dans certaines villes de l’Arménie occidentale ont été organisées des autodéfenses. La bataille du 7 avril au 6 mai 1915 s’est terminée par la victoire. L’autodéfense de Van, exceptionnelle par son organisation, était décisive et importante.


Le ministre d’État aux Affaires parlementaires a visité Tsitsernakaberd


29.04.2017

Le 29 avril, le ministre d’État aux Affaires parlementaires, Michel Pharaon, a visité le Complexe commémoratif et le musée du Génocide des Arméniens.

Monsieur Michel Pharaon, sa femme et les membres de la délégation ont déposé une gerbe devant le Mémorial et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence devant la flamme éternelle.

Le ministre libanais a découvert des détails du génocide des Arméniens dans les salles du musée. Ensuite, il a écrit dans le livre d’or.


La princesse de la Jordanie a rendu hommage à la mémoire des victimes du Génocide des Arméniens


29.04.2017

Aujourd’hui, la princesse de la Jordanie, Dina Mired, a visité Tsitsernakaberd.

Sa Majesté la princesse a déposé des fleurs devant la flamme éternelle et a honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Elle a également visité le musée du Génocide des Arméniens où elle a découvert les documents et les détails de l’histoire du génocide. Ensuite, elle a écrit dans le livre d’or et a planté un sapin dans le Jardin du Souvenir.


Recyclage des fleurs du Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens


26.04.2017

Aujourd’hui, il a eu lieu le recyclage des fleurs déposées auprès de la flamme éternelle du Mémorial du Génocide des Arméniens le 24 avril.

À l’initiative du Fonds de protection de la nature sauvage et des valeurs culturelles, depuis 2010 chaque année, les fleurs déposées auprès de la flamme éternelle du Mémorial de Tsitsernakaberd se recyclent. Les pétales des fleurs seront séchés et utilisés pour la réalisation du papier, tandis que les tiges et les feuilles serviront de compost.

Le compost servira à enrichir le sol du Jardin de souvenir au Tsitsernakaberd, et les papiers, faits à la main, seront utilisés pour la préparation des certificats de remerciement et des cartes-postales. Cet événement a été lancé pour donner une «seconde vie» aux fleurs.


Le Parlement tchèque reconnaît le génocide des Arméniens


26.04.2017

Le 25 avril, le parlement tchèque a reconnu le génocide des Arméniens avec 104 voix.

La résolution cite « La Chambre des députés tchèques condamne les crimes contre les Juifs, les Tsiganes, les Slaves dans les territoires occupés par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, le génocide des Arméniens et d’autres minorités ethniques et religieuses dans l’Empire ottoman lors de la Première Guerre mondiale, ainsi que les violences génocidaires dans les autres endroits de la Terre, et appelle à la société internationale de prévenir les violations des droits de l’homme dans le monde entier et de résoudre des conflits par des moyens pacifiques.

Plus tôt, le président de la République tchèque, Milos Zeman, avait exprimé son soutien à la communauté arménienne pour le 102ème l'anniversaire du génocide des Arméniens.


Le vice-président de l’Inde a rendu hommage à la mémoire des victimes innocentes


25.04.2017

Le 25 avril, le vice-président de l’Inde, Mohammad Hamid Ansari, accompagné par le ministre des Affaires étrangères de l’Arménie, Edouard Nalbandyan, a visité Tsitsernakaberd.

Il a déposé une gerbe auprès le Mémorial du Génocide des Arméniens, ensuite il a mis des fleurs devant la flamme éternelle et a honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Le vice-président de l’Inde, Mohammad Hamid Ansari, a également visité le musée où il a découvert les documents prouvant le génocide des Arméniens.

Ensuite, il a écrit dans le livre d’or pour les visiteurs d’honneur.

Hommage à la mémoire des victimes au Mémorial du Génocide des Arméniens


24.04.2017

Aujourd’hui, c’est la date de la commémoration du 102ème anniversaire du génocide des Arméniens. Chaque année, le 24 avril, des centaines de milliers d’Arméniens de l’Arménie et de la Diaspora, ainsi que de nombreux étrangers visitent Tsitsernakaberd, déposent des fleurs auprès de la flamme éternelle et honorent la mémoire des victimes innocentes.

Le 24 avril, des cérémonies de commémoration se déroulent partout en Arménie et dans la Diaspora. Des appels et des messages de protestation ont été lancés contre la politique de déni turc et contre la communauté internationale pour reconnaître le plus grand crime du 20ème siècle. Des liturgies ont été organisées dans tous les diocèses de l'Église apostolique arménienne. En 1920, le 24 avril a été marqué comme le jour de la commémoration de la plus tragique page de l'histoire arménienne.


L’inauguration d’une exposition temporaire au musée du Génocide des Arméniens


24.04.2017

Aujourd’hui, au Musée du Génocide des Arméniens, il a été inauguré une nouvelle exposition. Les premiers visiteurs de l’exposition sont devenus le président de la RA, Serge Sarkissyan, la première dame Rita Sarkissyan, le premier-ministre de la RA, Karen Karapetyan, le président de l’Assemblée nationale, Galoust Sahakyan, des hauts dignitaires.

L’exposition composait des affiches et des objets du 50ème anniversaire du Complexe commémoratif du génocide des Arméniens et du 25ème anniversaire de l’indépendance de l’Arménie.

L’exposition inclus également des documents exceptionnels récupérés par le MIGA lors de la dernière année (quelques livres de la bibliothèque privée de Daniel Varoujan avec sa signature que le directeur du MIGA, Hayk Démoyan, avait récupérée de New-York, un livre avec l’autographe de Komitas Vardapet et la photo d’Azniv Mirzoyan de quinze ans qui avait participé aux autodéfenses d’Urfa).


Le président de la RA et les hauts dignitaires ont visité le musée et le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens


24.04.2017

Le président de la République d’Arménie, Serge Sarkissyan, le catholicos de tous les Arméniens, Garéguine II, le premier-ministre de la RA, Karen Karapetyan, et les membres du Gouvernement ont aujourd’hui visité Tsitsernakaberd.

Le catholicos de tous les Arméniens a prié pour le repos des âmes des victimes.

Des représentants des organes législatifs et exécutifs, des officiers supérieurs, des politiciens, des forces armées, des intellectuels, des chefs des missions diplomatiques accréditées en Arménie, des membres des unions patriotiques et des organisations non gouvernementales ont également rendu hommage à la mémoire des victimes.

«La chanson peut devenir une arme dans la lutte pour la libération»
Le chœur norvégien « Liderhorn » à Tsitsernakaberd


12.04.2017

Le 12 avril, le chœur mixte « Liderhorn » de la ville norvégienne Bergen a visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens.

Le chœur norvégien a interprété quelques chansons spirituelles norvégiennes, suédoises, chiliennes, africaines. Le groupe choral avait préparé quelques interprétations arméniennes.

Ensuite, les artistes norvégiens ont déposé des fleurs auprès de la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Avant de partir, les chanteurs du chœur norvégien ont offert un livre illustré sur la ville de Bergen au directeur adjoint du MIGA, Souren Manoukyan.


Le ministre des affaires étrangères de la Géorgie a visité le Mémorial du Génocide des Arméniens


11.04.2017

Le ministre des Affaires étrangères de la Géorgie, Mikheil Janelidze, a visité Tsitsernakaberd avec le ministre adjoint des Affaires étrangères de l’Arménie, Chavarch Kocharyan.

Le ministre M. Janelidze a déposé une gerbe auprès du Mémorial du Génocide des Arméniens et a honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Le directeur adjoint du MIGA, Souren Manoukyan, a accompagné la délégation géorgienne et a présenté l’histoire du Complexe commémoratif de Tsitsernakaberd ainsi que celle du génocide des Arméniens.


Les déportés arméniens au camp de Rakka


11.04.2017

La photo fut prise par des officiers allemands en 1915/1916. Au verso de la photo, il est écrit en allemand : « Le camp arménien à Rakka ».

La photo représente l'état critique des déportés arméniens qui est clairement visible. Sous le soleil brûlant, les réfugiés arméniens ont préparé un four en utilisant ce qu’il y avait à la main et en faisant leurs derniers efforts suprêmes.

Au début du 20ème siècle, Rakka était un bourg au nord de la Syrie, habité par les Arabes et les Bédouins nomades. Dans les années du génocide, cette localité et ses districts sont devenus l'un des ports pour les dizaines de milliers de réfugiés arméniens. Rakka, Meskené, Ras-el-Aïn et Deir ez-Zor, étaient un cimetière commun pour les déportés arméniens.


Le directeur du MIGA a prononcé un discours à Washington lors de la conférence annuelle dédiée au Génocide des Arméniens


08.04.2017

Il y a quelques jours, à Washington, au Congrès des États-Unis, il a eu lieu la conférence annuelle dédiée au Génocide des Arméniens. Elle a été organisée par l’Assemblée arménienne des États-Unis, par le Comité de la question arménienne au Congrès, par l’ambassade de l’Arménie aux États-Unis, par la représentation de la République de l’Atsakh et par le Comité national arménien aux États-Unis.

Plusieurs congressistes américains, des chefs de la communauté et des institutions arméniennes, des diplomates étaient présents lors de l’évènement.

Dans son discours, Hayk Démoyan, le directeur du MIGA, a évoqué l’importance de la préservation de l’histoire du Génocide des Arméniens.


Le directeur du MIGA, Hayk Démoyan, a participé à l’inauguration de la bibliothèque à Washington


07.04.2017

Le 5 avril, il a eu lieu l’inauguration de la bibliothèque du Génocide des Arménien à l’Institut national arménien de Washington. Les livres arméniens et anglais de la bibliothèque ne présentent pas la description nationale et historique des Arméniens mais informent bien la plus triste page de notre histoire, le Génocide des Arménien.

Hayk Démoyan, docteur en histoire, directeur du MIGA, a également participé à l’inauguration. Il a salué l’idée de l’ouverture de la bibliothèque et la coopération future avec l’Arménie.

« L’ouverture de la bibliothèque à Washington est très importent, parce que tout d’abord elle est ouverte dans la capitale des États-Unis, ce qui est déjà un bon résultat, puis, elle sera un endroit des rencontres et des discours. À cet égard, la bibliothèque est plus qu’un centre éducatif », a dit Hayk Démoyan.

Le directeur de l’Institut national arménien, Rouben Adalian, a évoqué que plus que 5000 publications étaient présentées dans la bibliothèque.

Les témoignages de Hakob Khorozyants
Le 10 août 1916, Karakhan-Beglou


23.03.2017

Hakob Khorozyants, né à Van, fut un maître au village Hatavan de Salmast. Il a raconté qu’au début du décembre 1914 les Kurdes et les Turcs avaient attaqué les villages arméniens et avaient brûlé les bottes de foin. Les villageois avaient résisté et avaient obligé aux Turcs de s’enfuir. Mais entre le 20 et le 24 décembre, après la retraite des troupes russes, les Arméniens de tous les villages se sont réfugiés vers le Caucase.

« Au début du décembre 1914, les Turcs, à la tête du chef tribu Amerkhan de la région Soma, Jhangit, ont attaqué les villages arméniens Mahlam et Sarna et ont brûlé les bottes de foin, mais en affrontant les résistances, ils se sont enfuis.

Le 18 décembre, quand les Russes se sont retirés des frontières turques, le peuple s’est réfugié avec eux au Caucase. Ils ont laissé des biens meubles de 20 millions de roubles et même plus, comme des vaches, des bœufs, des chevaux, des buffles etc.



« Le colonel turc a invité tous les Arméniens qui avaient trouvé asile chez les Perses, de venir et de recevoir des subventions, parce que le gouvernement avait ordonné aux « rayas » (ressortissants, esclaves) de gagner leur vie. »


04.01.2017

Guevorg Mkrtchyan raconte qu’il avait 500 maisons arméniennes au village Hatavan, mais il en était resté 40 familles avec les vieillards et les enfants. Les familles ou des individus des villages voisins étaient aussi venus dans le village-là. Le colonel turc avait invité tous les Arméniens installés chez les Perses de venir et de recevoir des subventions, parce que le gouvernement avait ordonné aux « rayas » (ressortissants, esclaves) de gagner leur vie.

L’auteur est Guevorg Mkrtchyan du village Hatavan (région de Salmast), aujourd’hui il habite à l’Ancien Nakhijevan, dans le village Earmja.

« Le 21 décembre 1914, après la retraite des troupes russes, le village arménien Hatavan qui avait 500 maisons arméniennes, avait 40 familles avec les vieillards et les enfants. Les familles ou des individus des villages voisins sont venus aussi dans ce village. Le colonel turc a invité tous les Arméniens qui avaient trouvé asile chez les Perses, de venir et de recevoir des subventions, parce que le gouvernement avait ordonné aux « rayas » (ressortissants, esclaves) de gagner leur vie.



« Le génocide des Arméniens dans la mémoire et dans l’histoire de l’Europe »

L’article de Hayk Démoyan a été publié dans le recueil scientifique allemand


16.03.2017

L’article de Hayk Démoyan, docteur en histoire, directeur du MIGA, a été publié dans le recueil « Commémoration européenne : Localisation de la Première guerre mondiale » (European Commemoration: Locating World War I). C’est un recueil des articles scientifiques dont toutes les études sont consacrées aux questions principales de la Première guerre mondiale.

Les articles publiés dans le recueil ont été présentés pour la première fois lors de la conférence internationale en 2014 tenue à l’occasion du centième anniversaire de la Première guerre mondiale.

Dans l’article « Le génocide des Arméniens dans la mémoire et dans l’histoire de l’Europe » Hayk Démoyan a présenté en bref l’histoire du génocide des Arméniens évoquée dans les sources européennes, en particulier, dans les mémoires des témoins oculaires et des diplomates.




Une collecte de fonds pour les rescapés du génocide (New York)


14.03.2017

En 1917, les représentants de la petite communauté arménienne de New York ont organisé une action originale dans une des rues de la ville, en essayant d'attirer l'attention des passants afin d’aider les Arméniens nécessiteux. Les filles en tenues de la Mère Arménie et des orphelins, montraient une affiche avec l’inscription: « Nous pleurons la perte d’un million de personnes. Vous pouvez aider un million et demi de survivants du génocide ».

Pendant et après le génocide, le gouvernement des États-Unis, les citoyens, ainsi que la communauté arménienne d’Amérique ont réuni leurs efforts pour accorder de l’aide humanitaire aux rescapés du génocide, dont la majorité s’est réfugiée au Moyen-Orient, en Grèce, au Caucase et ailleurs.

À part les organisations d’aide humanitaires créées par le gouvernement américain, la communauté arménienne locale était également impliquée dans ces travaux.




Le ministre des Affaires étrangères de la Grèce a visité le musée du Génocide des Arméniens


09.03.2017

Le 10 Mars, Le ministre des Affaires étrangères de la Grèce, Níkos Kotziás, qui s’est rendu en visite officielle en Arménie, a également visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens. Le ministre a déposé des fleurs auprès de la flamme éternelle et a honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Ensuite, le directeur du MIGA Hayk Démoyan a accompagné Monsieur le ministre Níkos Kotziás au musée où il a présenté l’histoire du Génocide des Arméniens.

Avant son départ, le ministre grec a écrit dans le livre d’or. Le directeur du MIGA Hayk Démoyan lui a offert son livre « Le Génocide des Arméniens à la Une de la presse mondiale ».


Le Musée-Institut du Génocide des Arméniens a remporté un prix d’or


03.03.2017

Aujourd’hui, le Musée-Institut du Génocide des Arméniens a remporté le prix du gouvernement de la RA dans le domaine des investissements dans les normes internationales 2016.

Le directeur du MIGA, Hayk Démoyan, a remercié aux organisateurs d’avoir apprécié le travail du musée et a évoqué que l’activité du MIGA était basé sur l’hommage à la mémoire des victimes innocentes du Génocide.

La décoration de certaines grandes organisations arméniennes a été organisée par l’Institut nationale des normes en collaboration du Ministère du développement économique et de l'investissement et du Conseil national de la confiance.


« L’époque de Mantachyants : la vie d’affaire arménienne du 19ème au 20ème siècle »
Exposition temporaire au Centre nationale de l’esthétique


03.03.2017

Aujourd’hui, au Centre nationale de l’esthétique, a eu lieu l’inauguration d’une exposition temporaire consacrée au 175ème anniversaire de l’homme d’affaire remarquable, bienfaiteur Alexandre Mantachyants. L’exposition a été organisée à l’initiative du Musée-Institut du Génocide des Arméniens et de l’Union des hommes d’affaires et des industriels arméniens.

Lors de l’évènement, il a eu lieu l’oblitération des timbres nominaux. Ensuite, le directeur du MIGA a présenté la collection exceptionnelle de la vie d’affaire arménienne du 19ème au 20ème siècle aux visiteurs. Il a également évoqué l’activité d’Alexandre Mantachyants.

L’exposition composait des documents, des cartes-postales, des photos, des formulaires commerciaux ottomans et russes tsaristes, des manuels théoriques et des guides relatifs aux marchands arméniens.


La visite des diplomates arméniens au Mémorial du Génocide des Arméniens


03.03.2017

Le 3 Mars, le ministre des Affaires étrangères de l’Arménie, Edouard Nalbandyan, et les chefs des représentants de la diplomatie arménienne à l’étranger et ont visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens.

Les diplomates arméniens ont déposé des fleurs auprès de la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Ces derniers jours, le Ministère des Affaires étrangères de l’Arménie organise des réunions des diplomates arméniens, avec les ambassadeurs, les consules et les représentants permanents des organisations internationales.


Visite du président de la Douma de la Russie, Viatcheslav Volodine, à Tsitsernakaberd


03.03.2017

La délégation du président de la Douma d’État de la Russie, Viatcheslav Volodine, s’est rendue à Erevan et a visité le Complexe commémoratif de Tsitsernakaberd. Il a été accompagné par le vice-président de l’Assemblée nationale de l’Arménie, Edouard Charmazanov.

Le président de la Douma russe a déposé une gerbe auprès du Mémorial. Les membres de la délégation ont mis des fleurs devant la flemme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Ensuite, les délégués ont visité le musée du Génocide des Arméniens où ils ont découvert l’histoire et les documents originaux de 1915.


Corinna Shattugk

L’américaine qui sauvait les Arméniens


16.02.2017

Mademoiselle Corinna Shattugk, membre du Conseil américain des plénipotentiaires des missions étrangères (CAPME, Ang. American Board of Commissioners for Foreign Missions or ABCFM), a fait un grand effort pour aider les Arméniens occidentaux pendant les massacres de 1894 à 1896.

Lors des massacres d’Ourfa de 1895, Corinna Shattugk, en risquant sa vie, sauva la vie de 240 Arméniens (60 hommes, les autres femmes et enfants) en les cachant dans chez soi. Elle ne profita même pas de l’occasion de déménager à Ayntap en préférant de prêter secours aux survivants des massacres.




Le décernement de la médaille d’or à l’historien remarquable, Ervand Pamboukian, par le MIGA


11.02.2017

Le 10 février, il a eu lieu la présentation du 12ème volume, « Des documents pour l’histoire de la Fédération révolutionnaire arménienne », édité par l’historien arménien de la Diaspora, Ervand Pamboukian.

Le livre fut récemment publié à Beyrouth. Il est dédié totalement au Génocide des Arméniens. Le volume résume les documents de source concernant le Génocide conservés dans les archives de la Fédération révolutionnaire arménienne. Parmi ces documents, il y a aussi des témoignages des témoins oculaires recueillis par Chavarch Misakian.

Ervand Pamboukian est le rédacteur de ce recueil en plusieurs volumes depuis 2009.


Hayk Démoyan a récompensé Chahan Gantaharian, le rédacteur en chef du quotidien « Azdak »


08.02.2017

Le directeur du Musée-Institut du Génocide des Arméniens Hayk Démoyan a remis une médaille « Henry Morgenthau » à Chahan Gantaharian, directeur et rédacteur en chef du quotidien « Azdak ».

Le MIGA apprécie beaucoup le soutien et la participation de l’édition « Azdak », en particulier du rédacteur en chef Chahan Gantaharian, d’avoir informé la collaboration de Hayk Démoyan, le secrétaire du Comité d'État pour la coordination des événements dédiés au centenaire du génocide des Arméniens, avec la communauté arménienne du Liban.

Le MIGA et le quotidien « Azdak » de Liban collaborent ensemble depuis des années. Les pages d’« Azdak » présentent les nouvelles du MIGA. « Azdak » publie également les articles des chercheurs du MIGA.


« Les Turcs ouvraient les ventres des femmes enceintes et sortaient les enfants avec les poignards »

Les témoignages de Tovmas Poghossian
1917, Karin


07.02.2017

L’histoire de Tovmas Poghossyan commence du bourg Hayne ayant 4000 maisons, où il y a avait 1000 maisons arméniennes. Ce sont eux qui possédaient le commerce et l’artisanat. Tovmas Poghossyan fut mobilisé dans l’armée ottomane, ensuite il fut désarmé et arrêté. Avant l’arrestation, les Turcs proposèrent aux 60 militaires arméniens de sa compagnie d’adopter l’islam. Après avoir refusé, ils travaillèrent sur les chemins jusqu’aux massacres.

« … Le burg Hayn se trouvait au nord-ouest de la province Tigranakert. Il avait 4000 maisons dont mille étaient arméniennes et les autres étaient turques.

Les Arméniens étaient en générale grégoriens et protestants : 900 maisons grégoriennes, 100 maisons protestantes avec une seule église. Les grégoriens avaient trois collèges mixtes avec 600 élèves et les protestants en avaient deux, l’un était pour les garçons et l’autres pour les filles, en total 120 élèves.


Visite du président de la Commission des Affaires étrangères du parlement suédois à Tsitsernakaberd


07.02.2017

La délégation du président de la Commission des Affaires étrangères du parlement suédois a aujourd’hui visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens.

Kenneth G. Forslund, le président de la Commission des Affaires étrangères du parlement suédois, et les membres de la délégation ont mis des fleurs auprès de la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Ensuite, les délégués ont visité le musée, où ils ont découvert l’histoire et les documents originaux du Génocide des Arméniens.

La station des réfugiés arméniens à Ras-el- Aïn


31.01.2017

Cette photo exclusive était prise en 1915/1916 à l’environement de la localité syrienne Ras-el-Aïn où se sont installés les déportés arméniens chassés de l’Arménie occidentale et d'autres régions de l'Empire ottoman. Elle a été probablement prise en secret du deuxième étage d'un des bâtiments près du camp de concentration. Le photographe a probablement essayé de rester inaperçu, en sachant bien qu’il pouvait être sévèrement puni par la loi ottomane interdisant de photographier les caravanes des Arméniens déportés et les camps de concentration.

Sara Corning - 145
Elle a vécu pour servir les autres


25.01.2017

Sara Corning est née en 1872 dans la petite ville Chegoggin qui se trouve à 8 kilomètres de Yarmouth (Sud-Ouest du Canda). Pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918) elle devint membre de la Croix Rouge américaine. En tant que volontaire, elle partit dans l’Empire ottomane pour aider les réfugiés et les orphelins arméniens survécus au Génocide des Arméniens. La presse canadienne (Toronto World, The Halifax Herald, La Presse etc.) informa plusieurs fois sur les massacres des Arméniens pendant ces jours.

En 1922, devenue membre du Comité de secours américain au Proche-Orient, Sara Corning partit pour Smyrne.

En septembre 1922, les kémalistes envahirent Smyrne. La ville fut en générale peuplé par les réfugiés. Sara Corning se souvient : « Il y avait beaucoup de réfugiés malades, et nous avons ouvert une clinique pour les soigner mais les militaires l’ont bientôt fermée ».

Il n’y avait pas seulement des indigènes arméniens à Smyrne, mais aussi plusieurs réfugiés et parmi eux il y avait beaucoup d’orphelins. Le 13 septembre les kémalistes ont incendié « Gyavour Izmir ». Le nombre des chrétiens massacrés fut entre 100 000 et 150 000.

Les mémoires d’Aurore Mardiganian traduites en chinois


20.01.2017

À la fin 2016, la version chinoise des mémoires d’Aurore Mardiganian, « l’Arménie ravagée », fut éditée à Taiwan.

David Wang a traduit et a publié le livre par l’autorisation du Musée-Institut du Génocide des Arméniens.

Le livre présente les mémoires de la jeune fille arménienne Aurore Mardiganian (Archalouys Martikian). Elle raconte sa vie et celle de son peuple exilé, violé et massacré.


« Je me souviens des gendarmes turcs, qui nous ont exilés à Deir-ez Zor en nous battant avec les matraques »
Les témoignages de Mariam Barditchian
1909, Moussa Dagh, village Haji-Habibli


19.01.2017

Mariam Barditchyan, survécue au génocide, était d’origine du village Haji-Habibli (Moussa Dagh). Son père fut recruté dans l’armée ottomane les premiers jours des massacres et sa mère n’arriva pas de monter la montagne avec ses trois petits-enfants et ainsi elle apparut parmi les déportés. Mariam a raconté comment ils ont été déportés à Adana, où elles sont restées sans nourriture et eau. Sa mère et sa petite sœur moururent de faim et de soif. Mariam et sa sœur cadette se retrouvèrent finalement dans l’orphelinat.

« …En 1914, mon papa a été mobilisé dans l’armée ottomane du village Haji-Habibli de Moussa Dagh. Ma jeune mère et ses trois petits enfants n’ont pas arrivée de monter la montagne, et nous sommes apparus dans les convois des exilés, dans les déserts de « l’Arabstan ». Je me souviens des gendarmes turcs, qui nous ont exilés à Deir-ez Zor en nous battant avec les matraques.

L'assassinat de Hrant Dink


18.01.2017

Istanbul Sisli, le 19 Janvier 2007
Le corps de Hrant Dink, rédacteur de l’hebdomadaire Agos publié en Turquie, quelques minutes après l’assassinat.
Cet assassinat est la conséquence de l’atmosphère de nationalisme et d’intolérance alarmants croissants en Turquie, lesquels sont encouragés par les autorités turques. Hrant Dink est la victime de la politique de haine envers les Arméniens et de négationnisme public. Ce crime d’assassinat a créé une nouvelle formule : celle de 1.500.000 + 1.

Le 19 janvier 2007, Hrant Dink était tué à Istanbul, par les trois coups de balles dans la tête, juste devant la rédaction de l’hebdomadaire Agos à Sisli. En quittant le lieu de crime, le meurtrier a appelé « giaour », ce qui fait allusion au contexte nationaliste de l'assassinat.



Karen Jeppe-140


27.12.2016

Karen Jeppe est née en 1876 à Gylling (ville au Danemark).

Elle apprit des massacres des Arméniens de 1894 à 1896 dans la presse européenne. Mais 1902 devint tournant dans sa vie. Après avoir écouté la conférence de l’humaniste danois Age Mayer Benedictsen, Karen Jeppe devint membre de l’organisation « Les amis danois des Arméniens » et elle travailla avec le fondateur de la Mission orientale de l’Allemagne, Johannes Lepsius.

K. Jeppe ne fut pas une missionnaire. Lui et Age Meyer Benedictsen étaient convaincus qu’il fallait respecter le peuple arménien, sa culture et sa religion pour les aider et stimuler leur développement.

K. Jeppe et les administrateurs de l’organisation « Les amis danois des Arméniens » comprenaient qu’il fallait avoir un soutien de l’Empire ottoman pour travailler avec les organisations missionnaires allemandes et américaines ainsi que avec les municipalités.


La délégation de la Douma d’État de la Fédération de Russie a visité le Musée du Génocide des Arméniens


23.12.2016

Le chef du comité de la Douma d’État de la fédération de Russie sur les affaires de la CEI, de l’intégration eurasienne et les relations avec les compatriotes Leonid Kalachnikov a visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens. Il a été accompagné par le membre du comité permanent des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale de l’Arménie, Mher Chahgeldyan, et le directeur adjoint du MIGA Souren Manoukyan.

Leonid Kalachnikov et les membres de la quatrième session conjointe à Erevan ont déposé une gerbe auprès du Mémorial du Génocide des Arméniens au nom de la Douma de la Fédération de Russie, ensuite ils ont mis des fleurs devant la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.








Nouvelles du site

24.05.2017 Rénovation du site

Follow us



Musée virtuel

Conférence Internationale

genocide
L'analyse comparative des génocides du 20ème siècle
Douzième conférence de l'Association
internationale des spécialistes du génocide
8-12 Juillet 2015, Erevan

Bourse d’études Lemkin

Lemkin
Le MIGA annonce la bourse d’études Lemkin 2017

PROJET SPÉCIAL

100photo
CENT HISTOIRES DE PHOTO SUR LE GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS


EXPOSITIONS TEMPORAIRES

brand book
Expositions temporaires dédiées au Génocide arménien

Au cours de toute l’année de 2015, dans le cadre des événements dédiés au 100ème anniversaire du Génocide arménien, le MIGA prévoit d'organiser simultanément dans différents pays près de vingt expositions variées et multilingues, d’une nouveauté scientifique, ainsi que avec les technologies et les designs modernes.

Mémoire

remember
Grigor Mjrguyan, figure politique, commerçant. Il est né en 1863. Les Turcs l’appelaient Yaver Effendi. Il fut le président de l’Union Générale arménienne de bienfaisance. Il fut tué en 1918. Il fut une victime du Génocide des Arméniens.

RA, Armenie Erevan 0028
Complexe Commemoratif de Tsitsernakaberd
Tel.: (374 10) 39 09 81
Fax: (374 10) 39 10 41
    2007-2016 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am